N°151 – Septembre 2022 – Le Sans-Culotte 85

Le Sans-Culotte 85 fait sa « mue-mérique » !

C’est la révolution en cette rentrée 2022 : Le Sans-Culotte 85 squatte la place 2.0 !

Petits arrangements entre amis universitaires à l’IUT de La Roche-sur-Yon !

L’IUT yonnais, déjà au cœur de l’actu depuis mai suite à la suspension de son directeur, Jalil Lahmar, pour violences sexuelles présumées (lire à ce sujet notre n°149), voit surgir un autre dossier embarrassant. Au centre de ce qui ressemblerait à une petite tambouille mêlant milieu de la recherche et politique locale : Françoise Raynaud, adjointe du maire de La Roche. En effet, cette chercheuse de formation a été recrutée par l’IUT pour y travailler, de 2015 à 2018, dans le cadre d’un projet mené par un laboratoire de recherche dirigé par un de ses proches, et financé à hauteur de 300.000 euros par de l’argent public. Problème : elle était aussi, au même moment, vice-présidente à l’Agglo en charge, notamment… de l’enseignement supérieur. L’Agglo qui accordait, sur cette période, des subventions au fameux labo de recherches pour lequel elle travaillait alors. Outre ce potentiel conflit d’intérêts, des questions se posent sur la réalité du travail effectué par Françoise Raynaud en tant que salariée de l’Université, elle qui aurait été peu vue sur le campus… Résultat : aujourd’hui à l’IUT, on cherche toujours au microscope une trace de son  boulot !

Le maire de Challans jouerait-il les VRP pour promoteurs privés ?

Depuis quelques mois, Rémi Pascreau et une paire d’élus s’inviteraient en toute discrétion chez des propriétaires de maisons ou de bâtiments d’un secteur de la Ville prisé par des promoteurs immobiliers. Certains d’entre eux projetteraient par exemple l’implantation d’un restaurant, de magasins haut de gamme, ou encore d’une salle de spectacle… Si le projet n’est pas officiel, les spéculations vont bon train. Car ce qui interroge le plus, c’est l’implication du maire et de certains de ses adjoints… en loucedé vis-à-vis du reste du conseil municipal ?

Vins vendéens en biodynamie : in vino, « balivernas »… ?

Des vins sans intrants, des vignes cultivées sans utilisation de pesticides et avec un soin tout particulier. À première vue, la biodynamie est hyper vertueuse face à des vins conventionnels standardisés et bourrés de produits en tous genres. Mais si cette pratique se développe, ses principes peu connus du grand public sont décriés, tant ils font la part belle à des concepts qui tendent vers l’ésotérisme, la spiritualité ou encore le cosmique. Son origine aussi pose question : elle a été inventée et développée en 1924 par Rudolf Steiner, père de l’anthroposophie, un courant pseudoscientifique dans le viseur de la Miviludes depuis des années car présentant des risques de dérives sectaires. En Vendée, une poignée de domaines se sont spécialisés dans le vin biodynamique. L’occasion de constater que si l’héritage du très contesté Steiner (connu aussi pour des écrits racistes et suprémacistes) n’est pas facile à porter, la vision ésotérique de la biodynamie est parfois bien présente.

Nouveaux remous à la piscine de Luçon…

En juin, nous évoquions le cas d’un homme paraplégique que les maîtres-nageurs luçonnais refusaient de mettre à l’eau (SC n°149). Cette fois, c’est un gamin de 8 ans qui repart systématiquement en larmes de la piscine de Luçon. Le personnel ayant décrété qu’il ne savait pas nager, lui impose d’humiliants brassards. Et pourtant, il vient de réussir son test anti-panique et a même obtenu son brevet de natation sur 25 mètres… tous deux délivrés par la piscine de Fontenay. Un dialogue impossible entre les agents luçonnais et les parents du gamin, sur fond de réminiscences de vieilles guéguerres avec le Club nautique local.

Prisons vendéennes : quand le thermomètre explose, on suffoque à l’ombre

La France vient de connaître l’un des étés les plus chauds de son histoire, et ces épisodes de canicule sont amenés à se répéter à l’avenir, à la faveur du dérèglement climatique en cours. Des vagues de chaleur intense qui pèsent sur toute la population, et qui sont également virulentes derrière les murs des prisons, comme dans les maisons d’arrêt de La Roche-sur- Yon et de Fontenay-le-Comte. Ces deux établissements bien connus pour leur vétusté et leur surpopulation se sont, comme de nombreux sites pénitentiaires français, transformés en fournaise infernale. De quoi faire empirer des conditions de détention déplorables, considérées même comme indignes à La Roche-sur-Yon par la justice, bien que des travaux de rénovation doivent intervenir dans les prochains mois. En attendant, les détenus cuisent à 3 ou 4 par cellule de 9 ou 12 m², 22 heures sur 24. Chaude ambiance derrière les barreaux…

MAIS AUSSI DANS CE NUMÉRO…

Conflit d’intérêts : prise de conscience au conseil municipal de Soullans ?

Serge Kubryk, absent à son procès, préfère se la jouer « pirate »

Bassines dégradées : sous l’écume des éléments de langage

La Roche : avec la députée Béatrice Bellamy, Luc Bouard tisse un peu plus sa toile politique!

Quand des cinés vendéens se font encore avoir par la sphère « bien-être conspi »…

Pénurie de chauffeurs de cars scolaires : et si on les payait ?

Record de poissons morts : « Quantitativement, le bilan va être catastrophique, bien pire que d’habitude ! »

Vous souhaitez lire la suite ? Commandez l’article dès maintenant !